Parent d’ado

A) Mes questions de communication


Le constat


Que se passe t-il ? Tout fonctionnait à peu près comme vous le souhaitiez et d’un coup vous vous retrouvez nostalgique de ce temps où tout semblait aller de soi. Vous organisiez, vous décidiez, vous aviez des sourires, des pleurs et vous réconfortiez des bêtises ou vous grondiez. Le langage était simple.
Aujourd’hui, tout semble se compliquer. La vie personnelle, professionnelle et maintenant ces pré ou déjà adolescents, plus exigeants, qui ont des besoins et des envies. Difficile de comprendre ce qui les anime ou les fait vibrer. A part le portable peut-être ? Sauf quand c’est vous qui appelez. Quant au dialogue, il est, comment dire ?…restreint voire absent ou codé. Parfois la parole est même revendicative : « J’ai bien le droit ! » « Et pourquoi, c’est non ? On peut savoir ? »
A vos demandes, point de réponses simples, du style : OUI, maman (papa) chéri(e) (on peut rêver 🙂 ), c’est plutôt :

1) attend, 3 mn, j’arriiiiive
2) ca va…je gère !
2) Cool m’man ( p’pa), on se détend !

Mais, bizarrement, vous n’êtes pas… détendu(e). Parfois vous avez l’impression de ne pas le connaître ou au contraire de trop anticiper ses réactions. En un mot votre ado ne vous rassure pas et vous commencez à prendre peur. De façon générale, les parents font les mêmes constats. Ils ont en tête tout ce qui dépasse chez leur ado et voientt TOUS les dangers. Surprise ! il y a peut-être autre chose…? Ce site est là pour vous guider vers un autre monde, celui du parent-ressources.


Vos questions


Tout d’abord commençons par ce qui vous gêne. Quelles sont les questions, les émotions qui vous animent vis à vis de votre ado ? Pouvez-vous les identifier ?

Sont-elles factuelles, basées sur des faits avérés ?
Des exemples de situations en vrac :

Il rentre trop tard, il a un comportement insolent, Il est souvent en colère, il claque la porte, il ne vous raconte rien et élude toutes vos questions. Il dit qu’il veut quitter l’école. Il n’a pas beaucoup de copains. Il est beaucoup sur les réseaux sociaux. Il a une histoire familiale difficile, vous ne communiquez pas beaucoup là dessus.

Ou bien liées à votre interprétation, ce que vous pensez savoir de votre ado ?
Un exemple : Vous anticipez l’avenir et vous pensez que votre ado ne semble pas l’affronter comme vous l’espérez. Il ne semble pas très actif.

Vous avez des peurs comme : s’il continue comme ça, je n’aurai plus d’autorité sur lui. J’ai peur qu’il redouble, j’ai peur qu’il ne trouve pas de métier. Il n’a pas de culture générale, de sujet de discussion, à part au téléphone avec ses copains.

Vos appréhensions sont-elles liées à notre société qui évolue ?
Un exemple : La vie est difficile, pour trouver du travail il faut des diplômes, je vois bien qu’il lâche prise, je ne sais pas comment l’aider. A vos propres difficultés dans votre profession ?
Les ados ne souhaitent pas voir leurs parents s’inquiéter pour eux. Ils sont gênés de se sentir responsables de conflits entre parents. Et surtout les peurs de leurs parents ne sont pas faites pour les rassurer sur leurs propres inquiétudes.

Comment réagit votre ado à l’expression de vos peurs ?

Comment aimeriez-vous que votre ado réagisse ?


Notre regard


Pour Alain Braconnier : Les parents cherchent des repères normés « Ils ne doivent pas être pour autant dans la maladie de l’idéalité »
« Les parents sont en quête de perfection, mais il leur faut éviter cela à tout prix, ils vont s’épuiser ! Ils doivent supporter d’être mis en échec. »

Est-il possible de changer votre adolescent pénible en un gentil ado, serviable, travailleur et bien dans sa peau ? Nous sommes désolés de vous décevoir. Nous ne changeons pas les ados d’un coup de baguette magique !

Nous pouvons, par contre, vous accompagner pour clarifier vos interrogations et prendre du recul face à ces situations qui vous épuisent. Est-il possible d’utiliser votre énergie autrement ?
Nous vous offrons un autre regard, dépourvu d’inquiétude. Un regard different qui va faire changer les choses. Nous vous offrons la possibilité d’un parcours gagnant en prenant une longueur d’avance par l’utilisation de vos compétences.

Nous étudions ensemble, les situations sources de conflits et nous vous donnons des pistes de réflexion personnalisées c’est à dire propres à VOTRE façon d’agir et à SES réactions, afin d’éviter de répéter les mêmes phrases, les mêmes demandes, les mêmes pressions parfaitement I-NU-TI-LES.

la verite
La vérité selon l’angle de vue

Comment avoir une attitude bienveillante et leur faire confiance ? Comment reprendre un dialogue constructif ? Quel dialogue possible s’il(elle) ne veut pas communiquer ? N’hésitez pas à nous rencontrer pour en parler, formuler les difficultés c’est déjà en partie les résoudre. Adhérez à Quokka, inscrivez-vous aux ateliers, vous pourrez ainsi confronter votre point de vue, ça libère !

B) Mes questions sur la scolarité

parent d ado
Les questions d’écoles qui fâchent


Le constat


Du côté communication, tout va bien, par contre, beaucoup de questions se posent sur le collège ou le lycée. Etre parent d’ado, est-ce avoir, aussi, un regard, sur sa scolarité ? Quel type de regard ?

Le collège ou le lycée pour eux, c’est souvent leur monde, avec leurs copains, leur univers, leurs habitudes, leur langage, leurs codes, les modes. Un peu comme vous dans votre job.
Pour vous, la scolarité de votre ado, ce sont les notes, en priorité. Tous les soirs, c’est la question fatidique : ça va ? ça s’est bien passé ?…t’as eu quoi comme notes ? Combien as tu eu ? Comme si le « combien » représentait l’argent gagné à la fin du mois !

Quand elles ne sont pas bonnes, c’est la cata et sa réponse réflexe peut devenir, Nan, mais c’est MON problème ! Pas question d’accepter un cours particulier, les cours j’en ai assez ! Pas question de recourir à votre aide, vos méthodes ne sont pas bonnes ou pas les siennes. Et si le problème était plus complexe ? Des difficultés d’apprentissages par exemple ? Ce collège ou Ce lycée est-il bien adapté pour lui ?

Quand les notes sont bonnes, un grand sourire éclaire votre visage mais…êtes vous pour autant apaisé ? Pour combien de temps ? Est-il assez motivé pour envisager une prépa,par exemple ou médecine  ? Quand à APB, tout le monde sait que c’est la loterie ! STOP ! Venez nous voir ! Il n’y a pas une réponse ou ma réponse mais il y a vos réponses face à la situation


Vos questions


Vos questions, les siennes, celles des professeurs, sont-elles en phase ?

Il ne réussit pas assez :

S’agit-il de manque de motivation ? Il ne sait pas pourquoi il apprend, ça sert à quoi l’école ? Les études supérieures ? Quel est l’objectif ? Le contrôle du lendemain ? Le bac ? ou bien autre chose, que vous ne savez pas nommer ?

S’agit-il de méthodologie ? Comment apprendre ? Y a t’il vraiment une méthode pour chacun ou suffit-il juste de faire des efforts ?

Il ne travaille pas assez. A t-il compris ce qu’on lui demandait de fournir comme type de travail ?

De toutes les façons, il a toujours eu des difficultés et cela ne fait qu’empirer, que puis-je faire ?

Identifier ce qui le fait avancer ou stagner, voire reculer, n’est pas toujours simple, même pour quelqu’un d’averti. Il est parfois difficile de faire la différence entre ce qui est de l’ordre de la motivation, du manque de maturité, de lacunes accumulées, de difficultés d’apprentissages, de manque de confiance en soi. Il n’y a pas de formation de parent pour voir et apprécier ces difficultés.
Il a peu confiance en lui ou trop mais vous sentez les fragilités ? C’est normal, non, pour un ado ? Qu’est ce qui est normal et qu’est ce qui est hors norme ?

Il réussit bien :

S’il réussit, quelles sont les raisons qui vous poussent à vous inquiéter ? Avez vous identifié si l’inquiétude est basée sur des éléments objectifs, ou juste sur votre intuition ? Une peur liée à votre vision de la société ou de votre propre passé ?
Quelles que soient les questions que vous vous posez. Comment les lui avez-vous exprimées ? Votre intuition peut avoir une valeur mais si votre ado ne perçoit pas la même chose que vous, il risque d’être déstabilisé et perdre confiance.

Nous vous proposons de prendre en compte ce qui vous anime et de transformer vos questions en un élément moteur pour lui


Notre regard


Comment rassurer vos adolescents sur leur scolarité ? Qu’est-ce que réussir pour vous ? Faut-il les sauver ou simplement leur proposer les outils qui leur permettent juste de comprendre, d’avoir envie ?

En matière de motivation, Il est intéressant de constater que Philippe Meirieu utilise plutôt le terme de mobilisation, ce qui ne représente pas du tout la même action. Se motiver c’est juste dans sa tête, se mobiliser c’est avec tout son corps.

L’injonction comme : travaille, range ta chambre, organise toi, essaie de mettre de la méthode, range ton portable etc…ne sont pas ressenties par les ados comme une aide. Les ados ne raisonnent pas tous leurs actes et réagissent souvent par pulsions, par envie, par plaisir. Ce que vous leur dites ne leur procure pas du tout, mais alors pas du tout de plaisir, chez eux. Par contre les rendre curieux, leur montrer que les apprentissages leur donnent un pouvoir, une liberté, ça, OUI !

N’hésitez pas à nous rencontrer pour en parler,  car formuler les difficultés, c’est déjà en partie les résoudre. Si vous pensez que votre ado doit venir nous rencontrer, appelez-nous, il est rare qu’ils résistent à nos arguments. Après quelques échanges avec vous, votre changement radical, vos encouragements, vos questions qui laissent une place à la réflexion, votre humour, votre ado n’aura qu’une envie : trouver la potion magique qui vous a rendu si sympathique, si confiant, si différent. Il acceptera très volontiers de nous rencontrer et de voir ce que ça fait, on ne sait jamais après tout, je ne risque rien…

Un ado fainéant ou qui aime les mauvais résultats scolaires, ça n’existe pas !

« La détermination est le facteur le plus important de la réussite » (Lord Chesterfield)

C) Mes questions sur l’avenir


Le constat


La question d’avenir, passe évidement par l’orientation.

Il est en terminale, il n’a toujours pas trouvé son orientation, vous auriez aimé qu’il s’en occupe avant car certaines préparations se font dès la première. Rien à faire. En un mot vous le pressez de faire ce qu’il veut bien faire, car il est souvent d’accord avec vous, mais qu’il ne fait pas ou qu’il repousse à plus tard. Ca a le don de vous énerver !

Vous voilà parti(e) sur internet, les fiches métiers, vous lisez tout sur l’orientation et fier(e) de vous, vous lui montrez le fruit de vos recherches. Bien évidemment, vous avez fait, attention à respecter son caractère.

Mais non, ça ne marche pas, devant votre enthousiasme tout au plus il peut vous dire « Ah super ! » et retourner sur son jeu vidéo ou s’énerver en vous disant que : pas du tout, certainement pas, vous faites complètement fausse route.


Vos questions


Et qu’elle est la bonne route ? Connaît-il APB ? Va t’il s’y mettre à temps ? On peut peut-être en discuter, non ? Quel métier pour lui (elle) ?


Notre regard


A écouter les intéressés la bonne route c’est celle qu’ils choisissent…quand c’est le moment. Ah ? Comment ça, ça ne vous rassure pas ?

L’orientation, c’est quoi ? C’est un point d’ancrage, un moment de réflexion, une check-list, un point fixe mais en aucun cas une décision qui engage toute sa vie ! Si votre ado a l’impression qu’il engage toute sa vie sur ce choix, il risque d’être un peu stressé et on le comprend. De votre côté, rappelez lui des histoires, celles que vous avez vécues avec lui. Il vous répondra par des : Ah ? Mais non, c’est fini tout ça ! Ou bien : Ah oui ? peut-être, il va y réfléchir. L’important est de l’amener à porter un regard sur lui, une écoute de ses émotions. Parlez de votre travail et ce qui peut l’intéresser.

Nous, nous vous proposons des ateliers d’orientation par le voyage qui lui permettront de s’imaginer en voyageur et de trouver sa place imaginaire dans un univers qu’il choisit. Une place confortable ou pas mais qui le motive, l’interpelle. Passer du rêve à la réalité entraine des modifications soit de son rêve soit de la réalité. La frustration liée à une modification qui s’impose, (par exemple des résultats scolaires pas en adéquation avec son choix) vient de lui et non de vous ou de l’école. Elle est plus facile à accepter. Plus ce travail se fait tôt plus les possibilités de mettre le tout en harmonie est facile. La 3e par exemple est un bon début.

Et si l’avenir des ados, en général, vous intéresse, n’hésitez pas une seconde inscrivez-vous dans le MOUV’ des parents, sur le réseau de parent, afin d’accompagner d’autres ados. Vous aurez ainsi la chance d’être remercié par un autre ado que le votre. N’est-ce pas merveilleux ?

Et si le mécénat de compétences vous intéresse, nous sommes preneurs de tout ce qui peut nous faire avancer dans des domaines très différents des apprentissages de l’adolescence ou des services à mettre à votre disposition.