Inscrire son ado dans le temps et dans l’espace

avenir adoCette phrase en titre peut vous sembler évidente et pourtant c’est la difficulté que je rencontre le plus souvent chez les ados avec difficultés scolaires. Les ados sont dans le présent et uniquement dans le présent !

Penser au passé, à l’histoire familiale, à l’histoire de leur pays ou de leur pairs, bien souvent est difficile. La raison en est simple, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et l’on n’aime pas parler de ce qui fait mal ou attriste, ils n’ont pas toujours les clés et n’ose pas demander d’explications. Ils zappent, ils éliminent ainsi, parfois, ce qui peut donner l’envie ou le but de leur existence professionnelle. Les fêtes, les anniversaires, un chocolat chaud dans un café en tête à tête, sont autant d’occasions de parler de soi avec nos enfants, cela crée du lien et donne une direction au sein de ce qui nous a fait vivre. L’orientation est un autre moment crucial. Pourquoi ? Simplement parce qu’il existe des métiers que l’on pratique au sein de la famille, par exemple, des métiers vocations, médecine en est un exemple flagrant. Lors de l’orientation nous pouvons nous rendre compte, aussi, que l’on a choisi notre métier parce que justement une histoire familiale nous y a poussé. Mon engagement, au sein de l’éducation et de l’accompagnement des ados vient très certainement et tout naturellement du combat de ma mère pour mon frère handicapé. Oui quand les parents se battent pour les enfants il en reste quelque chose. Peut -être est-ce un hommage à ma maman ? 🙂 mais c’est aussi une revanche, la revanche d’une ado que l’on disait étourdie et « ailleurs », aujourd’hui je sais que je n’étais pas ailleurs, mais que le système scolaire n’avait pas les outils pour faire vivre mes compétences. On ne peut voir l’avenir qu’en connaissant son passé.

Aujourd’hui des ateliers « génogramme » permettent cela et c’est bien, c’est un moment pour se poser pour inscrire son récit dans une frise historique. Un bien grand mot me direz-vous ? Peut-être, mais je l’ai vu au cours de mon expérience d’éveilleur, quand un enfant connait son histoire, parfois liée à une région, à des faits historiques, à des anecdotes familiales, il est quelqu’un, il devient porteur de sens et peut choisir dans son bagage ce qu’il souhaite emporter vers l’avenir.

Publié le 29 octobre 2015 | |

Classés dans : ,

Les commentaires sont fermés.