La peur de l’avenir est-elle un moteur ?

bouquet-de-fleurs-fan-es

De nombreuses conférences existent sur l’éducation et l’orientation. Les sujets sont d’importance car le monde change vite. Toutefois, s’il semble opportun de résoudre des difficultés d’apprentissage des élèves au collège et au lycée, il semble moins utile d’introduire la peur de l’avenir pour les ados.

Ce qui compte aujourd’hui pour un ado qui envisage son orientation, c’est de trouver le moteur de l’envie, celui qui lui permettra de se dépasser et de mettre en avant : YES I CAN,  plutôt que : « vous croyez que je peux envisager cette voie avec mes notes moyennes ? »

Lors de mes rencontres entre parents et ados, je suis frappée par cette peur, des parents, qui fige les ados dans leur statut de chômeur inévitable ! De monde décadent où la jungle va manger leur petit. Certes le niveau d’études est important et limitant mais il y a aujourd’hui de nombreuses façons de potentialiser les savoirs de vos enfants (voir articles suivants). Par contre se retrouver face à des jeunes qui sont limités à leur bulletin scolaire est navrant !

La conférence de ce mardi sur les métiers de 2050 m’a permis de recevoir une bonne leçon d’une jeune femme de 23 ans que je vous transmets.

Plusieurs professionnels nous expliquaient comment l’avenir se profilait : moins de salariés, de plus en plus de Free lance. Plus de jeunes geeks, tous les métiers reliés au web. Tout cela nous le supposions déjà et j’avoue être restée sur ma faim. Seule bonne nouvelle, le fameux CV, sera plus une liste d’expériences, qu’une liste de diplômes. Encore faut-il que les stages soient possibles pour tous…

C’est une jeune femme de 23 ans vers qui je me tournais pour lui dire à quel point j’étais « inquiète » concernant des jeunes sans diplôme, ni expérience, ni relation.

Elle m’a regardée avec un large sourire : vous savez, c’est gentil de vous inquiéter pour eux mais ça ne fait pas avancer leurs affaires. Ils vont se débrouiller comme toutes les générations précédentes. Les starts up sont nées d’une première impossibilité de travailler dans les grosses entreprises. Vous savez bien que l’on apprend en faisant. Aujourd’hui si on veut apprendre on peut le faire avec les Mooc, le e-learning, après c’est une affaire de caractère et d’envie de se battre.

Cette réponse ne répond pas à toutes vos questions mais…n’était-elle pas plus utile que la peur paralysante de l’avenir ?

Aujourd’hui ce qui compte c’est de développer la CONSCIENCE de soi, quelles sont les ressources en moi sur lesquelles je peux compter ? Quels sont les moyens financiers à ma disposition ? Quel type d’enseignement peut me convenir ? Dans quel pays ou région ai-je la possibilité de me former ? Quelles sont les relations humaines positives qui peuvent me booster ? Si mon objectif est de gagner de l’argent de quelle manière est-ce que j’accepte d’en gagner ? Dans quel domaine vais je investir cet argent ? Dans d’autres formations ? Dans des voyages ? Quels sont les avantages et les risques que je prends en prenant ce chemin plutôt qu’un autre ?

Parents, soyez assurés que votre rôle principal est de croire en votre ado ! Certains parents me demandent à quel moment de la scolarité il faut passer la main à des professionnels ? Quand faut il arrêter de s’occuper de son ado ? A quel âge est-il « normalement » autonome ?

Pour Quokka la réponse est simple il n’y a pas de NORME, il faut surtout ARRETER de s’occuper de son ado quand on commence à le critiquer, à parler dans son dos, à imaginer des choses négatives. Dans ce cadre là votre action devient contre-productive. Votre ado ressent tout, c’est une éponge, s’il perd votre compréhension, il croit perdre un peu votre amour mais surtout il se dévalorise de ne pas vous donner satisfaction. Ne pas avoir de formation est gênant mais se rattrape relativement vite quand on en a conscience. Par contre, perdre la confiance de ses parents, voir la peur dans leurs yeux, imaginer les doutes dans leur esprit laisse une trace souvent indélébile et TRES déstabilisante. Vos émotions et vos ressentis sont légitimes et votre démarche de peur certainement une preuve d’amour mais les présenter à vos ados c’est comme offrir un bouquet fané à la personne que vous aimer.

Une seule solution, courir sur votre téléphone et venir vous ressourcer chez nous ! Réapprendre à vous connecter avec l’optimisme, la confiance, le partage (donner, recevoir), l’expérience, l’erreur, la critique constructive etc…

Au plaisir de vous (re)trouver

Florence Meyer

Publié le 16 novembre 2016 | |

Classés dans : ,

Les commentaires sont fermés.