Quand Quokka rencontre la Gestalt Thérapie à travers Isabelle

Logo ithak

Bonjour Isabelle, nous nous sommes rencontrées lors de la création d’un évènement Quokka. J’ai apprécié votre regard sur la relation à l’autre, et votre parcours professionnel m’a interpellé. A l’image de mon parcours, votre activité d’aujourd’hui est né d’un cheminement, d’une évolution.

Pouvez vous nous parler de votre parcours scolaire tout d’abord ?

École publique de la maternelle au lycée. Disciplinée et timide. J’ai été une très bonne élève jusqu’en CM2, plus difficilement en 6eme et 5eme en fonction des matières et des professeurs… Gros décrochage en 4ème. Puis retour à la normale, un parcours en S option biologie, bac avec mention puis prépa HEC sur les conseils de la conseillère d’orientation. (moi toute seule dans mon coin je voulais être kiné en rééducation par l’eau et j’avais été voir mon prof de bio qui encadrait la prépa de la ville. J’avais d’excellents résultats et il était ravi à l’idée que j’intègre la prépa kiné… Ce que je n’ai pas fait …). J’ai intégré la prépa HEC du Lycée Faidherbe à Lille, puis concours aux grandes écoles et intégration de l’école de commerce de Reims en 1ère année de prépa.

Votre parcours professionnel a commencé comme une suite logique de vos études à quel moment s’est imposé le changement ?

Le changement me chatouillait quand j’étais en poste de responsable marketing, je m’ennuyais, je n’apprenais plus rien et je rêvais à d’autres horizons. J’ai entamé les démarches pour effectuer un bilan de compétences que j’ai débuté en quittant la société après une période de restructuration interne plutôt houleuse.

Pourquoi avoir entrepris des études de Gestalt thérapie ?

J’ai toujours été attirée par la psychologie, la biologie et les neurosciences, depuis l’adolescence. La Gestalt est une histoire de rencontre, et c’est cette rencontre d’une certaine posture et d’un accueil bienveillant qui a rendu évident pour moi le choix de cette formation sachant qu’aucune jusqu’ici vraiment ne m’avait convaincue.

Cette thérapie répond à une volonté d’authenticité. Aujourd’hui où tout est complexe dans les relations humaines cette aspiration est elle une utopie ou une nécessité pour tous ?

Les deux ! Une utopie réaliste comme dirait certains activateurs du changement chers à mon cœur. Elle permet de fluidifier la complexité.

Cette volonté d’authenticité ne risque t’elle pas de developper de plus en plus les envies d’être soi au détriment du vivre ensemble ?

Je ne pense pas que l’envie d’être soi doive se faire au détriment du vivre ensemble, c’est une possibilité quand l’écart de valeurs est trop grand c’est vrai. C’est pour quoi il s’agit toujours d’une question d’ajustement et d’environnement.

Je pense que le vivre ensemble a été malmené avant-tout par un système consumériste qui pousse à l’individualisme et à l’égotisme. Et qu’il est urgent d’apprendre à se respecter, à respecter l’autre, à comprendre qui on est pour développer son sens critique et avoir une prise de recul nécessaire par rapport aux volontés de conditionnements multiples qui nous entourent.

La Gestalt thérapie est elle une thérapie longue ?

Oui et non, c’est du cas par cas. Mais elle intervient très souvient en soutien de difficultés sur une période de transition, car elle s’attache à l’ici et maintenant, et elle permet de mettre du sens sur ce qui se passe pour la personne.

Y a t »il une différence de pratique entre adulte et ado au niveau de la pratique et de la durée ?

La différence n’est ni dans la posture ni dans la durée. Elle naît de la rencontre entre 2 individus : le client, qu’il soit adolescent ou adulte, et le thérapeute. La différence est dans l’alliance thérapeutique qui se construit non seulement avec le client, mais aussi avec les parents.

Les adolescents n’aiment pas trop le mot de thérapie, le coaching n’a pas la même connotation comment faut-il leur présenter la Gestalt ?

Comme quelque chose qui s’expérimente, qui se vit pour se comprendre. La Gestalt est une philosophie de vie, son fondateur Perls aimait à dire : « La Gestalt est une méthode trop efficace pour n’être réservée qu’à des malades ». La séance va se co-construire avec ce qui est dans l’instant. La Gestalt incite à mieux connaître son ressenti corporel, ses émotions, ses pensées et leurs interactions dans ce qui se joue dans l’ici et maintenant. C’est une expérience différente du contact.

Où se situent vos ateliers ? Pouvez vous nous les décrire ?

Je n’ai pas de lieu précis pour mes ateliers car j’interviens en structure : écoles, collèges, lycées, mjc et mission locale.

Je travaille sur une thématique (estime de soi / prévention des violences / anxiété et apprentissage,..etc ) et j’envisage le groupe que je vais animer selon plusieurs possibilités puis j’ajuste sur le moment avec les individus qui composent le groupe et ce qu’ils me donnent à vivre. Si je devais décrire mes ateliers, je dirais qu’ils sont pour moi des aventures singulières et profondément humanistes.

Quel est votre avis sur une structure comme Quokka et ses Quokka’fé ?

J’observe de plus en plus que les parents se sentent démunis par rapport à leurs enfants, pas uniquement adolescent, mais de plus en plus à tout âge et qu’ils ont besoin de se sentir soutenus et rassurés, accompagnés avec des outils, des pistes de réflexion, des échanges entre pairs. Nous sommes dans une période de transition complexe et la multitude des solutions proposées n’aide pas forcément les parents à y voir clair. La mise en réseau que propose Quokka est plus que pertinente, elle permet au parent de mettre un pied dans un réseau de compétences disponibles(et vérifiées) et elle permet aux professionnels d’être entourés de compétences complémentaires, ce qui est absolument indispensable quand on accompagne un adolescent. Parce qu’il n’y a pas qu’une solution. Et que la réussite de l’adolescent passe par celle du parent. Pour le Quokka’fé, j’ai juste hâte de pouvoir assister à sa mise en place !

Merci Isabelle, pour cet échange, je suis ravie que Quokka puisse offrir aux parents et aux ados, la possibilité de découvrir divers chemins d’approche de l’adolescence et tout simplement de la rencontre avec soi.

Isabelle Thomas
www.odyssee-humaniste.fr
contact.ithak@gmail.com

Publié le 12 mai 2016 | |

Classés dans : ,

Les commentaires sont fermés.