Témoignage d’ado : Un stage s’il vous plait!

ados« STAGIAIRE, C’EST LA GALÈRE ! Le soutien de Quokka m’a aidé à avancer  »

Quokka rencontre Thibault, 17 ans.

Comment avez vous connu « Quokka, c’est plus facile d’être parent d’ado » ?

J’ai connu Quokka par l’intermédiaire de ma mère qui elle même a écouté une annonce faite à la radio (france info). D’ailleurs une heure avant de prendre contact avec l’association, je me demandais ce qu’était un quokka. Et bien il s’agit d’un animal avec une bouille adorable, allez jeter un œil sur google.

Quelle offre vous a t’on faite ? Le travail avec Quokka vous a t’il aidé ?

J’ai donc envoyé un mail à Quokka, pour parler de mes déboires de recherche de stage. A vrai dire je ne misais pas du tout sur cette voie là pour réussir. Et pourtant la réponse a été très rapide. J’ai envoyé mon CV ainsi que ma lettre de motivation et toute de suite on m’a proposé un stage pour lequel j’ai passé un entretien. Je n’ai pas été retenu pour le stage, mais je préfère ainsi. Car mon succès n’aurait brillé que de peu de mérite. Non, ce qui a été vraiment déterminant c’est la suite. Après ce qui semblait à mes yeux un échec, je barbotais dans mon marasme, ne me sentant plus capable d’avancer. C’est là que cloîtré dans mon mutisme, Florence est revenue vers moi et m’a tendu la main. Nous avons continué à communiquer et avons décidé de mettre en place un planning de mes activités afin que je postule régulièrement à des offres de stages. Cet élément a été réellement formateur car il m’a permis de réaliser mes recherches et mes candidatures de stages avec le soutien d’une personne, ce qui est bien plus difficile à réaliser sans les conseils de quelqu’un d’aguerrie. Cela peut paraître anodin mais le soutien de Quokka m’a aidé à avancer. Nous vivons aujourd’hui dans une société culpabilisante, où nul n’est méritant s’il ne réussi pas par lui même. Hors la solitude face à l’effort apporte son lot de souffrance. Il ne faut pas selon moi avoir honte de demander de l’aide.

Et le travail avec le parent relais ?

Pour ma part j’ai été mis en contact avec une dame exerçant la profession de juriste d’entreprise, puisque c’est le métier auquel j’aspire. Cela m’a permis de découvrir la profession, notamment d’avoir un aperçu de la face pratique, inconnue aux étudiants. Ce qui m’a certainement le plus aidé c’est les conseils qui m’ont été donnés sur mon CV, ma lettre de motivation et la manière d’aborder un entretien d’embauche.

En quoi est il différent des autres accompagnements d’après vous ?

Je n’ai jamais été accompagné auparavant, donc je peux difficilement faire la comparaison. Néanmoins, au risque de paraître terre à terre, l’aspect bénévole (donc gratuit) de l’association rend l’aide prodiguée nettement plus accessible. Pour un étudiant n’ayant pas une grande fortune c’est un élément à prendre en compte. Je m’étais renseigné sur les séances de coaching, le tarif est d’environ 100€ la séance, donc effectivement ce n’est pas un service publique de soutien. Vous aurez senti mon ironie, oui on peut dire que Quokka comble un vide.

Pensez vous que les parents, ont un rôle fondamental dans l’estime de soi ?

Ça me semble une évidence, les parents joue un rôle essentiel dans l’estime de soi. L’estime de soi passe selon moi par le regard que la personne a sur elle et la manière dont cette personne appréhende le regard des autres. L’appréhension du regard des autres alimente le regard que l’on a sur soi. Sachant que le terme de « regard » ne se limite pas à la fonction visuelle, il s’agit de la manière dont vous pensez que les autres vous perçoivent, vous ressentez la manière dont les autres vous perçoivent par différents vecteurs comme le langage et le comportement. Les deux éléments que sont le regard sur soi et la façon dont on perçoit le regard des autres se comportent en vases communiquant, dans la mesure où l’un influence l’autre et vis versa. Autrement dit, si vous avez un regard positif sur vous-même, cela influencera la façon dont les autres vous perçoivent et la façon dont vous percevez leur regard. Inversement une perception négative du regard des autres peut avoir une influence négative sur le regard sur soi. Tout ca pour dire que si vous percevez le regard que vos parents portent sur vous comme négatif, (même si eux pensent obstinément le contraire) alors vous aurez sûrement un regard négatif sur vous-même. J’ai appris a assumé, c’est à dire être fier de ce que je suis. Ainsi l’image positive de moi que je projette aux autres influence leur regard sur moi comme un cercle vertueux. À l’inverse si vous avez honte de ce que les autres trouve négatif chez vous alors cela agira comme un cercle vicieux, vous vous trouverez nul. Savoir assumer ce que l’on est, est donc très important, c’est savoir ne pas avoir honte lorsqu’on fait une erreur devant les autres pas exemple.

Même question pour L’école, l’université ?

On peut se trouver toutes ces qualités mais se sentir mauvais ou médiocre parce qu’on a pas réussi ses études. Les études peuvent être écrasantes, représenter une grosse pression morale, notamment en terme de compétition entre les élèves. Dans ma filière la réussite joue beaucoup, il faut voir les promotions d’étudiant comme une micro société, une société qui a ses propres valeurs morales, qui porte ses propres jugements de valeur sur les individus qui la composent. Par exemple dans une promotion d’étudiant en droit, certaines qualités sont sacralisés comme le fait d’être travailleur. Le major (1er de la promo) est reconnu par ses pairs. Les résultats de tous les étudiant sont affichés dans les couloirs (je ne plaisante pas). Si vous avez raté tout le monde le saura, si vous êtes le meilleur tout le monde le saura. Et il n’y a pas la place pour tout le monde, les bons M2 sont très sélectifs. Les bons étudiants bénéficieront donc de la reconnaissance de leurs semblables alors que les mauvais étudiants seront décriés. Ce monde qui fonctionne sans violence physique ou verbale se révèle impitoyable.

Le regard que l’on a sur soi est il important quand on recherche un stage ou seul le CV compte ?

Le regard que l’on a sur soi est évidemment important lorsqu’on cherche un stage, il peut autant jouer comme un stimulant que comme un frein. En fait le tout c’est d’essayer. Le soutien d’une personne permet de combattre les inhibitions propres à la mauvaise image que l’on a de soi, mais qui tout comme les études relèvent selon moi d’un autre domaine de la confiance en soi.

Pensez vous qu’un accompagnement dans ce domaine au sein de l’école ou de l’université serait souhaitable ?

AH MAIS TOTALEMENT (j’insiste sur les majuscules), d’ailleurs je me suis souvent posé la question pourquoi est ce que le système scolaire français est aussi en retard en matière de pédagogie, coaching. Les élèves ont un besoin crucial de soutien mais je ne crois pas qu’on soit dans cette optique là aujourd’hui, il n’y pas la place pour tout le monde, on favorise l’élitisme et le méritentisme ridicule , seuls les meilleurs ont leur place et si vous ne faites pas d’effort alors c’est que vous être un faignant et vous n’avez pas le droit à de l’aide. Notre société est voué à être toujours plus inégalitaire !

Avez vous des suggestions à formuler ?

Pas spécialement. merci et bonnes vacances !

Publié le 15 juin 2013 | | Laissez vos commentaires

Classés dans : ,

Laisser un commentaire